10. Hypothèse extraterrestre

1. Introduction ] 2. Classification des RR ] 3. Ondes électromagnétiques ] 4. Le rôle de l'armée ] 5. Cercles de culture ] 6. Mutilations animales ] 7. Hommes en noir ] 8. Poltergeist ] 9. Effet stigmate ] [ 10. Hypothèse extraterrestre ] 11. Univers parallèle ] 12. Grille d'interprétation ] 13. Millénarisme ] 14. Conclusion ] Grille de synthèse ]

o v n i s  :   l ' a r m é e   d é m a s q u é e

Précédente Accueil     Remonter  Suivante




Table des  matières 

   

Références 

   

Télécharger 

   

Ouvrage  imprimé 

   

   

10. L'hypothèse extraterrestre (HET)

Cette hypothèse envisage l'existence dans notre univers matériel d'entités d'origine extraterrestre ayant un contact avec les terriens.

Plusieurs raisons rendent cette hypothèse peu probable :

Même si un nombre non négligeable de scientifiques admet statistiquement la probabilité de l'existence d'autres formes de vie, voire d’autres êtres intelligents dans l'univers, les scientifiques nient cependant la possibilité de leur voyage vers la terre du fait de la trop grande distance à parcourir, à moins peut-être d'emprunter des " raccourcis " dans l'espace-temps appelés " trous de ver ", ce qui reste encore très hypothétique. Les scientifiques rejettent en outre l'aspect anthropomorphe des entités extraterrestres qui respirent sans difficulté notre atmosphère ou dont la marche est étrangement adaptée à la gravité de notre planète [MT91 p. 459, JV90b p. 336-338]. Ils déplorent aussi l'inexplicable absence de traces tangibles et convaincantes de leur passage sur terre [GB94 p. 42]. (Malgré cela, on peut pourtant lire qu' " aujourd'hui, la communauté scientifique admet à l'unanimité que ces engins volants appelés OVNI sont d'origine extraterrestre " sur un tract de la secte de Raël !)
 

Les apparitions des ovnis et de leurs occupants sont bourrées d'incohérences : certains vaisseaux sont archaïques, les études effectuées n'ont pas de sens pour une civilisation qui serait plus avancée que la nôtre, et les entités ont un comportement anthropomorphe, partageant nos sentiments et parlant notre langue avec l’accent local [MT91 p. 459, JV90b p. 336-338].
 

Les extraterrestres et leurs vaisseaux n'ont souvent pas de réalité matérielle : les vaisseaux peuvent fusionner entre eux ou changer de forme et apparaître ou disparaître soudainement, tandis que les entités peuvent traverser les murs.
 

Les victimes d’enlèvement décrivent parfois des êtres et des événements qui sont apparus auparavant dans la littérature ou les films de science-fiction [KR92 p. 183-186, citant les travaux de Bertrand Méheust et de Martin Kottmeyer]. Leur source semble donc avoir une origine humaine même lorsque les témoins sont sincères et affirment avoir vu quelque chose de tout à fait réel. C'est tout le paradoxe des rencontres du 4ème type. Paul Devereux cite un exemple qui illustre ce paradoxe : le soir même où la télévision britannique diffusait un épisode de Dynasty dans lequel une des héroïnes raconte son enlèvement par des extraterrestres à la peau tannée comme du cuir et qui sentaient la cannelle, une femme vécut un enlèvement similaire. Interrogée deux jours après par les enquêteurs, elle reconnut bien sûr avoir vu l'épisode mais affirma néanmoins que son enlèvement avait été bien réel [KR92 p. 181-182].
 

Les événements rapportés lors des rencontres du 4ème type sont souvent de caractère onirique et contiennent des éléments loufoques comme dans nos rêves nocturnes. Par exemple, un " lavage de cerveau " peut s’effectuer en extrayant le cerveau pour le laver. Il faut noter que " réel " et " rêve " ne sont pas ici contradictoires : le sujet peut être assis sur une chaise, situation qui lui paraît parfaitement réelle, cette chaise peut se transformer soudain en un fauteuil comme dans un rêve, et ce fauteuil peut aussi lui paraître parfaitement réel. On est alors tenté de croire qu’il s’agit plutôt d’une hallucination. Mais qu’est-ce au juste qu’une hallucination ? Le cerveau humain est-il si performant qu’il soit capable de recréer intégralement une réalité hallucinatoire ? Ou pourrait-il s’agir plutôt d’une perception d’un autre niveau de réalité ?

 
  
                 

Cet ouvrage est interactif. Si vous souhaitez y faire apporter une correction
ou des précisions,
vous pouvez contacter l'auteur

Précédente Accueil     Remonter  Suivante